NOTER LA VIDÉO NOMBRE DE VUES COMMENTER
Vu 26575 fois
OK
DESCRIPTION TRANSCRIPTION
ACCOMPAGNATEUR DE TOURISME ÉQUESTRE, SYLVAIN

Amoureux des chevaux et de la nature, l'accompagnateur de tourisme équestre (ATE) mène les cavaliers amateurs en balade ou en randonnée. Un professionnel responsable, doublé d'un bon animateur.

Pour moi, le métier d'accompagnateur de tourisme équestre, c'est d'être capable d'emmener les gens. Se faire plaisir à cheval en extérieur ou leur faire vivre du voyage à cheval. Sylvain Piltant, accompagnateur de tourisme équestre depuis 8 ans. J'ai fait le choix de me construire un parcours de formation donc en passant un BTS agricole puis une licence professionnelle sur le tourisme en milieu rural avant d'entamer l'accompagnateur de tourisme équestre. Du fait de cette saisonnalité, il faut trouver des activités de complément le reste de l'année ou bien trouver une complémentarité dans le monde du cheval. On accepte alors d'avoir un pic estival et une saison beaucoup plus calme le reste de l'année. Etre un bon professionnel, faut donc être bon cavalier, connaître les animaux parfaitement. Faut savoir s'occuper d'un piquet de chevaux. Mais faut aussi aimer les gens. Donc à la fois être capable d'entretenir un climat convivial et aussi être crédible vis à vis de sa clientèle, vis à vis des ses chevaux aussi. Au niveau de l'application de règles de sécurité, quand il y a des consignes à faire respecter. Il faut avoir une culture générale assez importante, être capable de parler de l'historique, de la faune, de la flore. Mais aussi être capable de lire un paysage pour faire rêver son public en randonnée. Faut être homme de cheval avant tout pour pouvoir assurer une prestation de qualité. Ce n'est pas tout d'être costaud. Faut pas avoir peur du travail long, pénible, dehors, quelque soit la météo. Non seulement, il faut savoir brasser du grain, du foin. Eventuellement, ferrer 4 pieds d'un cheval. Mais faut aussi surtout avoir envie de se lever le matin et d'accepter de se coucher tard le soir. Je pense qui faut avoir conscience que ça demande un éventail de compétences vraiment très large. Etre capable d'être derrière son ordinateur, mais aussi derrière les chevaux. D'être entrain de répondre au téléphone, mais en même temps d'être capable de conduire un tracteur. D'être capable de ferrer les chevaux, mais en même temps d'accueillir et de mettre en confiance un débutant qui a un petit peu peur des chevaux. Faut être à la fois attentif, responsable, être proche des gens mais tout en sachant se faire respecter. Faut avoir de l'ambition. La saisonnalité du tourisme équestre fait qu'il faut avoir un champ de compétences qui va au-delà du propre diplôme. Faut pas hésiter à s'investir dans la filière, à avoir pourquoi pas des gîtes, à passer le diplôme de moniteur pour pouvoir prolonger son activité avec de l'enseignement, à faire de l'élevage pourquoi pas. Je pense qui faut pas se leurrer, ces métiers de tourisme équestre sont difficilement compatibles avec une vie de famille épanouie. C'est un métier passion, c'est des choix de vie. Le conseil que j'aurai à donner, c'est qui ne faut pas hésiter à bien élargir son éventail de compétences pour pouvoir s'épanouir dans son métier et gagner décemment sa vie.

TOUTES LES VIDÉOS   MÉTIERS   ÉTUDES   ITINÉRAIRES  
Tri : alpha date vues note
OK
AUCUNE VIDÉO NE CORRESPOND A CES CRITÈRES